Pourquoi un investissement dans l’assurance vie ?

Image principale de l'article Pourquoi un investissement dans l’assurance vie ?

L’assurance vie répond à bien des besoins sur le plan patrimonial. En effet, un tel investissement constitue un placement permettant de se constituer une épargne tout en se posant comme un moyen intelligent de transmission de patrimoine.

Mieux encore, l’assurance vie se veut être la voie pour bénéficier d’un complément de retraite, mais aussi de s’assurer que notre conjoint profite d’une vie confortable suite à notre décès.

On vous dit ici pourquoi souscrire une assurance vie :

  1. L’assurance-vie pour un placement de notre épargne

Dépendant de l’option que l’on choisit au moment de souscrire une assurance vie, elle se révèle être un moyen rentable pour faire fructifier le capital que l’on détient ou alors pour se constituer une épargne que l’on peut se voir restituer au moment choisi.

Parmi les différentes possibilités financières permises par l’assurance vie, on notera aussi qu’elle peut aboutir au versement d’un revenu complémentaire tout comme elle peut mener vers un investissement en bourse. Dans ce dernier cas, le contrat d’assurance vie porte sur des fonds agencés sous forme d’unités de compte. On parle alors d’assurance vie multi-support.

Si l’assurance vie en euros ou assurance vie mono-support s’apparente à un compte épargne à capital garanti et propre à produire des intérêts, l’assurance vie multi-support comprendra des fonds dont une partie sera investie en bourse.

Les fonds ainsi investis n’étant pas garantis, il existe autant des chances de voir son capital augmenter que de risque de le voir disparaitre. Toutefois, les fonds ainsi placés peuvent être récupérés à tout moment comme dans le cas d’une assurance vie classique.

Enfin, l’assurance-vie peut aussi générer des revenus immédiats. Il s’agit alors pour l’épargnant d’investir un capital contre lequel il percevra des revenus d’un montant arrêté au moment même de la souscription.

  1. L’assurance-vie pour une préparation de retraite

L’assurance-vie se présente aussi comme un bon placement retraite dans la mesure où l’épargnant va doter son assurance d’un capital qu’il constituera au fur et à mesure, à hauteur de ses capacités.

L’épargne ainsi constituée pourra être retirée en fonction des besoins une fois l’épargnant arrivé à la retraite. Il peut également opter pour la sortie de son engagement en rente viagère.

L’assurance vie retirée en capital se verra appliquer un barème progressif au titre de l’impôt sur le revenu. A cela s’ajoutent également les prélèvements sociaux.

Ces derniers demeurent pour l’épargne récupérée en rente, contrairement à l’impôt sur les revenus, exonéré des gains perçus.

  1. L’assurance vie pour une transmission de patrimoine

Anticiper une succession en optant pour l’assurance vie permet de contourner certaines prescriptions légales en matière successorale. En effet, l’assurance vie est exclue de l’inventaire du patrimoine de l’assuré et lui permet d’en faire bénéficier ses proches sans subir les restrictions en matière de droit de succession.

Toutefois, les primes associées à une telle assurance doivent rester dans une limite raisonnable afin qu’elles ne soient pas reversées dans l’actif successoral en cas de décès.

  1. L’assurance vie pour le futur du conjoint

En désignant un conjoint comme bénéficiaire de l’assurance vie souscrite, il bénéficie d’un avantage supérieur à celui qu’il aurait obtenu dans la succession en cas de décès.

Encore une fois, le placement ainsi effectué ne doit faire l’objet d’aucune suspicion, raison pour laquelle il doit rester une fois de plus dans une limite raisonnable pour éviter tout risque de contestation émanant des héritiers.

Il faut toutefois noter que cette utilisation de l’assurance vie n’a d’intérêt que pour les couples mariés suivant le régime de la communauté légale réduite aux acquêts. En effet, dans le cas du régime de communauté universelle, l’ensemble du patrimoine revient au conjoint survivant et ne s’ouvre aux enfants qu’au décès du second conjoint.

On retiendra cependant que l’assurance vie permet de transférer une partie du patrimoine aux enfants sans attendre le décès de l’autre conjoint.

Enfin, l’assurance-vie peut aussi être souscrite au bénéfice d’un concubin ou d’un partenaire de Pacs.

Vos commentaires sur cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *